vendredi 29 novembre 2013

DESIR D’ENFANT 2 / … A la réalité




J’attendis, donc. Et attendis… Rien.


Bien- sûr, tu n’en parles pas. Mais très vite cela devient une obsession.


Et cet enfant que tu désirais « plus au moins » prend alors toute la place dans ta tête, dans ta vie. Moins il est là, plus tu le veux.


Je ne comprenais pas ce qui se passait : Nous étions jeunes. En bonne santé. Plutôt actifs.


Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait :


Tout à coup, ma rue me semblait envahie de femmes enceintes.


Tout à coup, je me mettais à compter les jours, à parler «  ovulation », « procréation »,...


Tout à coup, je passais des soirées entières sur internet à tenter de trouver LA solution qui nous permettrait d’avoir un bébé.


 Je me sentais blessée.  Malgré mon désir, je ne donnais pas la vie. Je doutais en mes capacités. Je devenais stressée, tyrannique avec mon mari, susceptible sur le sujet (« De quoi  elle se plaint celle-là ! Au moins, elle est enceinte, elle ! »)


Qu’est-ce que j’ai fait ?

Je suis allée consulter 


Afin de m’assurer que médicalement, tout allait bien.


J’ai opéré quelques changements dans mon quotidien


Je cumulais job d’étudiant avec mi-temps psy et cours de spécialisation. J’ai démissionné de mon job d’étudiant, malgré l’incertitude de mon CDD, j’ai bouclé au plus vite mon mémoire de Diplôme Universitaire.


J’ai modifié mon régime alimentaire en privilégiant fruits et légumes, je n’ai pratiquement plus consommé d’alcool, j’ai  pris de l’acide folique prescrit par mon médecin et j’ai amélioré mon quota de sommeil.


J’ai appris à accepter la réalité


J’ai lâché prise avec mon désir, parce que la frustration me rendait malheureuse. Je n’ai pas renoncé, non. Mais j’ai compris qu’il me fallait être patiente. Que ça arriverait…Quand ça arriverait et que d’ici là, je mettrais toutes les chances de mon côté.


Pourquoi je l’ai fait ?

Parce que j’ai mis des mois à tomber enceinte. Et j’ai fait deux fausses couches à trois mois d’intervalle.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez laisser un commentaire, c'est ici.

Share

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More