lundi 24 novembre 2014

QUAND ETRE AIDÉ DEVIENT UNE EPREUVE...


Cet été, j'étais fatiguée. Pour pleins de petites raisons sans importance.
Mais certainement, je devais avoir atteint un état d'épuisement manifeste.
Je faisais mes courses avec mes trois enfants.
Un matin  de semaine, pas trop de monde, pas trop de bruit.
Je ne me souviens pas d'un comportement particulièrement stressé, ou anxieux...
Je devais tout de même être agacée par les pitreries de mes filles, mais en général, je les occupe, je leur donne des "missions" dans le magasin et j'arrive ainsi à ce que l'épreuve des courses n'en soit plus une...

Bref, je me retrouve en caisse, avec mes provisions, ma poussette et mes enfants.
Et là, le client devant moi, gentiment, m'offre de passer avant lui.
J'accepte avec le sourire, contente de gagner un peu de temps.
Je le remercie, mais il reprend:
"Je vais vous aider."
Et là dessus, il prend mes articles et se met à les ranger dans mon sac.
Cet inconnu a rangé toutes mes courses!!

Et je suis restée les bras ballants, terriblement embarrassée ...
A regarder cet homme prendre mes affaires et les ranger à sa manière dans mon sac.
Une chose était claire dans ma tête, je ne voulais pas qu'il fasse cela.
Son aide allait trop loin.
De blanche, je suis devenue rouge.
De calme, je suis devenue tremblante
Et des pensées négatives ont tourbillonné dans ma tête.

Une aide est censée soulager l'autre, il me semble.
Pour moi, cette aide-ci était devenue une épreuve.

Tout d'abord en portant mon regard sur ses mains qui saisissaient mes affaires,
La pensée qu'il puisse me voler m'a effleurée et j'ai pris peur.
Pour me calmer, j'ai relativisé " s'il te prend quelque chose, et bien tant pis..."

Ensuite, en agissant aussi spontanément, il venait de me prendre de court, et je n'avais pas su réagir à temps... Maintenant, je me retrouvais incapable et impuissante.
Encore une fois, je ne trouvais pas les mots pour que cela cesse...

De plus, je m'inquiétais de ne pas le blesser par des paroles trop agressives, parce que je sentais ma colère... Alors, je suis restée silencieuse...
Et intérieurement, je me fustigeais de ne pas savoir apprécier une aide, quel qu’elle soit...

Enfin, en m'apercevant qu'il rougissait, je me suis dit qu'il devait se rendre compte qu'il allait trop loin, mais ne sachant comment s'arrêter, il continuait...
"Qu'ai je renvoyé de moi à cet homme, pour qu'il en vienne à faire quelque chose que visiblement il ne faisait pas d'habitude et qui maintenant l’embarrassait.?
Avais-je l'air à ce point fragile, fatiguée, débordée, incapable??

Si tu fais sentir autour de toi que tu as besoin d'aide, alors c'est que tu as certainement besoin d'aide, mais que tu ne veux pas l'admettre... Fichu orgueil.

Je m'enfonçais, je m'enfonçais...
Toutes mes failles, mes douleurs se ravivaient au fur et à mesure que cet homme posait ses mains sur mes provisions et les prenaient pour les ranger, lui et non pas moi, dans mon sac qui débordait...
Je m'assombrissais en moi-même.

L'épreuve se terminait et j'allais devoir le remercier...
Comment trouver la motivation?
Je l'ai alors contemplé. Dans cet instant. J'ai pensé à lui, et non plus à moi.
Et j'ai vu un homme affairé pour moi, un homme qui était allé jusqu'au bout de son intention.
"Peut-être, est ce un exercice de thérapie... Il a travaillé ça avec son thérapeute: aujourd'hui, vous devez aider une personne dans un magasin, et comme il n'en a pas l'habitude, il en fait trop"

Cette pensée m'a attendrie et j'ai enfin vu derrière la maladresse, la gentillesse et les bonnes intentions. Je devais lui faire un bon retour.
Alors, je l'ai remercié avec des paroles douces et un sourire.
Et je suis partie.

Je crois que j'en suis ressortie un peu troublée, et lui, peut-être aussi...

Accepter d'être aidée, n'est pas toujours facile... En particulier pour des personnes qui ont davantage l'habitude d'aider que d'être aidée.
Et l'aide que l'on reçoit n'est pas toujours celle que l'on désire.
Je n'ai pas aimé cette expérience.
Parce qu'elle m'a montré qu'être aidée pouvait être une épreuve.
C'est une réflexion que les personnes travaillant dans le soin ont un peu de mal à avoir, je crois...
Ce jour là, j'ai aussi compris, que la relation d'aide est d'une grande complexité, même pour une situation aussi simple que dans un supermarché.

Celui qui croit aider, n'est peut-être pas toujours celui qui aide...
Et celui qui aide choisit parfois une méthode troublante...

Ai-je été aidé?
Ai je aidé?
Était ce de l'aide?... 
Je n'en suis pas si sûre....
Pour qui est ce que cela a compté?


8 commentaires:

A mon avis tu lui a plus et il te l'a dit ainsi ......
C'est une hypothèse ..............
En t'aidant il transforme son désir , il le sublime par son aide .............
Peut être est ce un homme sans amour et pendant un instant en t'aidant il t'as aimée d'un amour désintéressé ............................

Tu as raison Stéphanie,
Je crois qu'aider quelqu'un, c'est une façon de l'aimer. une manière sublimée, désintéressée, d'aimer l'autre.
Et sans doute que ma fatigue a contribué à ce qu'accepter son aide, et donc son "amour", ait été une épreuve pour moi ce jour là...
Maintenant, ça m'étonnerait fort qu'une femme en jean, converse, tee shirt taché, entourée d'enfants et poussant une poussette éveille un quelconque désir... :) Ah! Et je rajouterai pas maquillée! Mais je me méfie de l'effet "cheveu long lâché"... ;)
Un jour, je ferai un post " quand plaire devient une épreuve", et là, je te parlerai de désir à l'état brut... Mais ce sera après mon post sur mon régime alimentaire, que je t'ai promis ;))
Patience, patience...

Il existe tellement d'histoires d'amour avec des héros laids! C'est d'ailleurs celles que je préfère... La belle et la bête , the phantom of the opéra, Cyrano de bergerac, notre Dame de Paris... Et chaque fois, des hommes laids. Pas des femmes... Je crois que ça veut tout dire... Être une femme laide, ça ne doit pas être le même vécu... Il y a cette connotation romantique chez les hommes laids indéniable. Mais pour les femmes...

Est-ce que ça veut dire que les femmes sont enclines à voir au delà des apparences? Ou est ce qu'il ne s'agit pas là d'une manipulation masculine pour nous faire aimer tous les hommes, au contraire d'eux? Ou enfin, peut être que finalement, une femme laide, ça n'existe pas... Toutes les femmes ont leur beauté... Je préfère le voir ainsi

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Enregistrer un commentaire

Si vous souhaitez laisser un commentaire, c'est ici.

Share

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More